Faut-il parler de sexe aux enfants ?

Sharing is caring!

Crédit photo : freepik, licence libre

Depuis que j’ai quitté la maison, ma mère, la femme Baoulé qui m’a mise au monde me soumet à un rituel, celui de l’appeler au moins deux fois dans la semaine. Pareil pour mon père, lorsqu’il ne m’entend pas au téléphone au bout de deux jours, il s’empresse de m’appeler pour s’enquérir de mes nouvelles. En tout cas, ce sont nos moments bien à nous, l’occasion de faire les débriefings, de prendre des conseils et astuces, mais surtout de compte-rendus.

En parlant de compte-rendu, avant-hier, ma mère m’a appelé pour avoir de mes nouvelles, et quand maman appelle hé bien, c’est au moins 30 minutes, la femme Baoulé m’aime trop et moi aussi donc tous les moyens sont bons pour manifester notre attachement. Au cours de notre conversation, elle me demandait de prier pour les enfants et principalement pour l’éducation de mes petites sœurs parce que leurs environnements leur soumettent à des pressions malsaines.

En effet, elle m’explique que, en revenant de l’école, la dernière de la famille, Nelly (9 ans, en classe de 5e), haute de trois pommes, est revenue avec deux questions qui lui ont donné des palpitations. La première question n’est autre que « maman, c’est quoi club des déviergées et le club des vierges ? » Ah ! Vous avez la bouche ouverte comme la mienne aussi ?

Oui, c’est cette question qu’elle a posée à sa mère, car dans son école il existe de tels clubs et les adeptes du club des déviergées demandent à ce que les jeunes filles se fassent dévierger pour accéder à leur clan qui est très fun et en vogue. « Bleue » (innocente et nouvelle) donc dans cette histoire et ne sachant ce que sont « une vierge et une déviergée », ma petite sœur recourt directement à sa mère qui est sa confidente.

La première question est moins effrayante que la deuxième, voyons ensemble : « Maman, c’est quoi faire Tchiep ou manger Tchiep ? » En langage codé : faire une partouse. Surprenant comme question pour une petite fille de neuf ans, vous en convenez avec moi ! Mais en réalité, ces questions posent le problème de l’éducation sexuelle des enfants : faut-il parler de sexe à ses enfants ?

La question est très importante ; en Afrique, on a eu pour coutume de faire du sexe un tabou, un mythe, une dimension très inaccessible du sacré. Résultat, ce que tu n’apprends pas à la maison, malheureusement la rue te l’apprend. La génération actuelle, appelée « génération pressée », a accès à Internet et à toutes sortes de technologies, alors ce qui était sacré, caché avant ne l’est plus. Il suffit de demander à Google et les résultats de recherche se chiffreront en centaines, au moins. Prématurément exposés aux choses sexuelles, ils sont pressés de découvrir les choses dans la pratique, avec souvent des conséquences néfastes et irréparables pour la majorité d’entre eux.

Récemment, le web ivoirien a vu circuler les vidéos de jeunes collégiens en plein ébats. La rumeur actuelle fait état de pratiques à caractère sexuel très bizarres au sein des écoles et collèges qui sont devenues des jeux ou rites d’initiation, on parle de « tontine sexuelle ».

Comme le disait un vieux sage en Côte d’Ivoire, « le temps qui est le temps n’est plus le temps qui était le temps » (adage pour dire que les temps ont changé). Alors, faut-il à titre préventif parler de sexe à ses enfants, si oui à quel âge et à quelle période de leur croissance faut-il le faire ? Faut-il rester de marbre en attendant que les plus curieux de vos enfants veuillent vous en parler à chaque fois qu’ils seront confrontés à une question sexuelle ?

N’hésitez pas à partager votre point de vue, vos conseils sur la question en commentaire, votre point de vue pourra aider plusieurs parents.

Ma mère a toujours eu pour technique d’être ouverte et proche de nous très tôt, avec des menaces parfois, elle a réussi à nous informer sur certaines questions sexuelles de sorte que la rue ne réussisse pas à nous désinformer et déformer, et corroborer le tout avec une grosse pincée de spiritualité et de l’évangile.

Sharing is caring!

3 thoughts on “Faut-il parler de sexe aux enfants ?

  1. C’est vraiment dommage ! Cette réalité des choses fait peur . Je crois qui faut parler de sexe à nos enfants ou nos cadets peut-être vers leur sortie du primaire déjà avant le collège.

    Merci d’aborder ce sujet !

    1. Merci très cher benjamin pour ta contribution . helas comme tu l’a dit c’est le vilain constat . dès lors serais- tu d’accord pour intégrer un type de formation au niveau de l’école pour renforcer cela?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *