Enfants Abusés, et vous trouvez cela normal, quelle déception!

Sharing is caring!

Les enfants sont une richesse inestimable en qui on voit l’avenir, l’espoir d’un mieux-être. Ils portent en eux la vie l’innocence, la patience et l’amour à l’état pur. Triste est de constater que certaines personnes ne sont pas  de cet avis et agissent envers eux comme pour un ennemi.

Alors que j’étais en route pour un Meetup de blogueur sur la question de la nouvelle loi ivoirienne sur la presse un récit  a attiré mon attention.

Dans le taxi, nous étions 3 hommes  le chauffeur, le deuxième un homme très âgé et moi, avec nous, deux jeunes dames qui se racontaient leurs histoires.

Je vous raconte : une des dames en question relate le fait selon lequel son mari serait en froid avec elle suite à une réaction qu’elle aurait eue envers leurs deux fils. En effet, leurs deux garçons âgés de 14 et 9 ans ont fait une escapade au bord de la lagune Ebrié pour s’y baigner entrainant avec eux d’autres enfants.

Les parents mécontents de leur comportement et soucieux de redresser ces petits garçons passeront à la répression. Le père dans une colère corrigea à la chicote ses deux garçons. Quant à la mère, dans la fureur décidée, elle aussi, d’ajouter son grain de sel dans ce mauvais élan de répression : armé de patte de piment et de gingembres, elle badigeonna le corps nu et au sol de leurs garçons avec un accent particulier mis sur leurs parties génitales. En plus, elle aurait fait injonction à la servante de ne point servir à manger aux enfants pour le dîner. Son mari énervé par cette réaction aurait servi à manger aux garçons. Il s’engage ainsi un échange houleux entre les deux parents sur la question du seuil de répression et de l’éducation des enfants.

L’histoire racontée entraîne une grosse discussion dans le taxi. Tous dans le taxi étaient d’avis que la mère avait mal agi, mais elle ne voyait pas cela de cet angle. Alors l’homme âgé dans le taxi prenait la parole avec un ‘’Français’’  saccadé et un vocabulaire éreintant qui laisse paraître son analphabétisme ,mais surtout la sagesse qui sommeille en lui.

D’entrée de jeu, il dit toute suite que la mère a vraiment mal agi, que, dans un premier temps, « elle n’avait pas le droit de priver des enfants de nourriture, cela inspire de la pitié. La nourriture est un don de Dieu donc pourquoi en privé ses enfants sans défense qui agissent sans vraiment prendre le temps de réfléchir. Quelque soi ce qu’ils avaient fait, elle ne devait nullement interdire ces enfants de manger ». Deuxièmes points, elle ne devrait pas mutiler ces enfants à ce point avec du piment et autres, car il pense que la mère, elle-même n’avait jamais subi cela de ses parents alors qu’il est sûr que ce n’est pas les occasions qui manquaient.

En Afrique certains parents ont eu la fâcheuse tendance à réprimer sauvagement nos mauvaises actions. D’autres parlent de la politique du bâton et de la carotte, mais dans certaines situations, on range très loin la carotte et on fait sortir le bâton en mode illimité.

Moi-même je ne cache pas que j’étais un garçon vraiment  turbulent et j’ai été très corrigé pour cela, mais parfois j’ai subi des coups que je n’aurais pas dû subir comme bien d’autres enfants.

Il est vrai d’être un peu sévère avec les enfants pour leur donner une éducation correcte, mais il y a certaines corrections qui ne reflètent pas une société d’êtres évolués.

Dans tous les manuels, vous vous rendrez compte que la violence n’a jamais rien résolu, la preuve : les enfants les plus battus deviennent des personnes souvent, sans personnalité, sans respect, ou même des anesthésiée du mal. La violence à des conséquences psychiques, physiques et spirituelles sur l’enfant. L’étude menée par le docteur Norbert Zerah, Psychologue clinicien pourra vous montrer à quel point la violence à l’égard de l’enfant peut être nuisible.

Il est vrai que certains enfants sont très ‘’ténébreux ‘’, mais  il y a des limites qui sont prévus par les textes nationaux et internationaux. En Côte d’Ivoire, il y a même un Comité National de lutte contre les violences faites aux femmes et aux enfants. Les enfants sont décrits comme vulnérables. Alors tenons compte de cette vulnérabilité dans leur éducation.

Souvent dans l’éducation des enfants, on entend dire « qu’éducation de petits blancs n’a rien à voir avec un petit noir, et que si la société occidentale est en dérive, c’est parce qu’elle n’a pas reçue de corrections dans son enfance ». Mais en réalité  s’il est vrai que les contextes et les environnements sont différents, les enfants restent des enfants et cela peu importe leur nationalité ou leur race.

Les limites légales qui ont été posées ont pour but de réprimer les abus. Comme l’a dit Thomas Hobbes « l’homme est un loup pour l’homme » peu importe les différences et en toute chose, l’Homme  a tendance à abuser et à nuire.  Les preuves, légions,  ne manquent pas sur les réseaux sociaux ou plusieurs enfants sont victimes chaque jour de mutilations, de viols, de violences . Au lieu d’agir dans l’intérêt de leur protection et de leur épanouissement, on se cache derrière des cultures déformées et dépassées. Si on les aime tant pourquoi ne pas leur donné plus d’amour !

 

 

Sharing is caring!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *